Ultime préparation à l’épreuve de philosophie

Chers parents,
Chères lycéeennes et chers lycéens,
Bonjour à tous,
Un devoir de philosophie qui comptera pour le contrôle continu aura lieu le samedi 22 mai de 7h30 à 11h30. Il portera sur les notions abordées depuis le précédent devoir à la date du 27 mars. Bonne préparation à toutes et à tous!
Ci-joint le courrier de Monsieur le Ministre sur les conditions de la passation de la philosophie en date du mercredi 5 mai 2021:
 » Depuis le début de la crise sanitaire, les maîtres mots de notre approche de la situation vécue par les élèves sont la bienveillance et le pragmatisme. C’est cela qui a conduit à l’ouverture le plus possible de nos écoles, collèges et lycées. C’est aussi pour cela que nous n’avons eu de cesse d’adapter nos organisations aux réalités rencontrées.

Dans le courrier que je vous ai adressé le 22 avril, je vous avais confirmé la tenue des épreuves terminales du baccalauréat général et technologique.

Les deux épreuves terminales se tiendront aux dates prévues :
– l’épreuve de philosophie le jeudi 17 juin 2021 ;
– l’épreuve du Grand oral, du lundi 21 juin au vendredi 2 juillet 2021.
Les épreuves anticipées de français en classe de première se tiendront respectivement le jeudi 17 juin pour l’écrit et du lundi 21 juin au vendredi 2 juillet pour l’oral.

Plusieurs raisons me conduisent à confirmer cette décision.

La première touche à l’intérêt général des élèves de terminale que nous devons préparer aux attentes de l’enseignement supérieur en conservant des épreuves terminales à l’examen et, par là, la structure, l’esprit et la valeur de notre baccalauréat.
Rappelons-nous par ailleurs que, du fait de la crise sanitaire qui sévit depuis plus d’un an, ces élèves n’ont pu, l’année dernière, passer leurs épreuves anticipées de français, remplacées par la prise en compte du contrôle continu dans la discipline. Si nous procédions de même en cette année pour les épreuves terminales de juin, les mêmes élèves n’auraient pu passer, pendant toute leur scolarité au lycée général et technologique, aucune épreuve dans le cadre formel de l’examen censé sanctionner l’aboutissement de leur formation secondaire et leur entrée dans l’enseignement supérieur. Nous connaissons les vertus d’une préparation à de telles épreuves en temps limité : elles incitent à des révisions importantes afin de maîtriser les fondamentaux des disciplines et enseignements ; elles requièrent concentration, maîtrise de son temps et capacité à surmonter son inquiétude, toutes compétences qui sont autant d’atouts pour un parcours réussi. C’est notre responsabilité collective que de maintenir de telles épreuves car elles sont les clés d’entrée pour des formations qui attendent de telles capacités.

En outre, du fait de la crise sanitaire, la part du contrôle continu a été sensiblement accrue pour cette session pour s’élever à 82% ; il est important de conserver une part de contrôle terminal, afin de ménager le juste et fondamental équilibre entre ces deux modalités d’évaluation qui ont toutes les deux leurs vertus.

Chaque candidat de terminale se présentera donc à une épreuve écrite, de philosophie, et à une épreuve orale, portant sur ses enseignements de spécialité. Ce seront ainsi les deux modalités de son expression personnelle, écrite et orale, qui seront sollicitées ; ce seront aussi la solennité et la valeur de l’examen qui seront garanties.

Avec ces deux épreuves terminales de philosophie et du Grand oral, nous concrétisons l’alliance de la tradition du baccalauréat et de son renouveau ; nous garantissons l’évaluation du commun et de la spécialité. Je suis par ailleurs fermement convaincu de la nécessité de maintenir, pour les apprentissages mêmes des élèves, ces deux épreuves au cœur desquelles réside une part de notre esprit français, qui s’est illustré par la réflexion argumentée, la distance critique, l’usage maîtrisé de la langue au service de la pensée. C’est évidemment vrai de l’épreuve écrite de philosophie, inscrite dans notre baccalauréat depuis sa création en 1808, et seul enseignement commun à être évalué par une épreuve terminale. C’est également vrai de l’épreuve du Grand oral, dont les modalités et les objectifs répondent aux attentes de l’enseignement supérieur.

J’ai pleine conscience des circonstances particulières dans lesquelles vous avez dû conduire votre enseignement et vos élèves, se préparer à ces épreuves. Aussi ai-je décidé d’en tenir davantage compte encore, en apportant des aménagements complémentaires à ceux que j’avais précédemment arbitrés. Ces décisions visent un seul but : rassurer les élèves aussi bien pendant ces six semaines de préparation que pendant les épreuves elles-mêmes.

Comme je l’avais annoncé dans mon courrier du 21 janvier 2021, l’épreuve de philosophie verra son format élargi à quatre exercices au choix, au lieu de trois : un sujet d’explication de texte philosophique et trois sujets de dissertation (au lieu de deux), chaque exercice portant sur une des notions au programme. La couverture du programme sera ainsi étendue et chacun de vos élèves sera assuré d’avoir abordé au moins une des notions au cœur de l’un des exercices.

J’ai décidé d’aller plus loin : à la publication des résultats, sera prise en compte pour chaque candidat la meilleure des deux notes qu’il aura obtenues, l’une à l’épreuve terminale, l’autre issue de la moyenne annuelle obtenue dans le cadre du contrôle continu de la discipline. Ainsi, aucun candidat ne sera lésé du fait des conditions de préparation à l’épreuve et l’implication de chacun dans l’étude sera considérée à sa juste mesure. Cette mesure est absolument exceptionnelle : elle tient à la singularité de l’enseignement de la philosophie dans le paysage éducatif de notre lycée général et technologique. La philosophie y est en effet le seul enseignement commun qui s’étende sur une seule année : il convient de considérer cette spécificité et donc les effets de la crise sanitaire sur les acquis des élèves… »

La direction

Auteur: Riviere Brice

Partager cet article sur